Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 22:23

L'EIA (U.S. Energy Information Administration) est un organisme américain indépendant qui publie régulièrement des statistiques sur tous les domaines touchant de près ou de loin l'énergie, donc un "World Energy Outlook" annuel qui compile les grandes tendances mondiales et propose des projections à moyen terme.

Evidemment, ces projections supposent qu'aucun changement majeur n'interviendra dans nos modes de vie, aucune crise de très grande ampleur, et pas de catastrophe à grande échelle. Elles donnent cependant un bon aperçu de ce que peut réserver l'avenir si l'humanité suit un scénario "moyen".

 

Parmi les projections proposées figurent l'évolution "probable" des émissions de CO2 liées à l'énergie à l'horizon 2035 (en supposant évidemment l'absence de rupture majeure dans nos comportements, mais c'est une hypothèse qui peut semble raisonnable au vu de l'échec de Copenhague, et récemment de la baisse des ambitions de l'Europe dans la définition de ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre).

 

 

projection EIA CO2

 

 

 

 

 

Selon cette projection, les émissions de CO2 liées à l'énergie augmenteraient de 43% d'ici à 2035 par rapport à leur niveau de 2007, avec la majeure partie de cette augmentation qui aurait lieu dans les pays hors-OCDE. Elles atteindraient alors 43 millions de tonne de CO2 en 2035 soit l'équivalent de ce que nous émettons actuellement... si l'on prend en compte la totalité des gaz à effet de serre et pas le seul CO2.

 

 

 

 

 

projection EIA modele

Si l'on entre un tout petit peu dans les détails des facteurs qui conduiraient à cette augmentation, l'EIA suppose :

 

* Une diminution importante (40%) de l'intensité énergétique, c'est à dire de l'énergie nécessaire à la production d'une quantité donnée de richesse

 

* une quasi stagnation de l'intensité carbone, c'est à dire de la quantité de CO2 émise pour produite une quantité donnée d'énergie

 

* une augmentation d'un peu moins de 30% de la population mondiale, en ligne avec les projections de l'ONU

 

* une augmentation du PIB mondial par habitant d'un facteur 2, soit une hausse d'environ 2.3% par an, hypothèse tout à fait réaliste.

 

Comme deux de ces facteurs ne peuvent "moralement" par être influencés, les deux seuls leviers sur lesquels il est possible de jouer sont l'intensité énergétique et l'intensité carbone. A condition de ne pas attendre 2035 pour agir...

 

 

articles liés

 

objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre

 

 

retour au sommaire thématique

Partager cet article

Repost 0

commentaires