Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 21:07
En ce moment se déroule à Bonn la dernière grande conférence de préparation du sommet de Copenhague qui doit avoir lieu à la fin de cette année (informations disponibles sur le site des nations unies, dont notamment des webcasts) pour mettre en place les mécanismes qui succèderont au protocole de Kyoto dans la lutte contre le réchauffement climatique dû à l'effet de serre d'origine humaine.

Malheureusement, les annonces qui ont eu lieu depuis le début de la conférence sont pour la plupart très décourageantes.

Première à dégainer, c'est la Nouvelle-Zélande qui annonçait ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2020. Annonce symbolique venant d'un pays aussi peu peuplé (un peu plus de 4 millions d'habitants), mais qui donnait un avant goût de ce que pouvait promettre les pays riches. Et la Nouvelle-Zélande a donc annoncé un objectif de réduction de ses émissions de 10 à 20% d'ici à 2020 par rapport au niveau de 1990. Sachant qu'il s'agit de l'un des pays riches dont les émissions ont le plus augmenté entre 1990 et 2020 (d'environ 33% !, voir ici) l'objectif peut sembler important.

En réalité il n'en est rien. En effet, rapportées à la population actuelle du pays, les émissions de 1990 de la Nouvelle-Zélande en 1990 correspondent par habitant aux émissions de la France aujourd'hui ! Autrement dit, pour chaque Néo-Zélandais, diminuer de 10 à 20% ses émissions par rapport à celles de 1990 le conduirait au même niveau qu'un français qui réduirait les siennes de 10 à 20% par rapport à aujourd'hui ! Soit (en supposant que l'objectif atteint soit 20% de réduction et que la population augmente dans le même temps de 10%) des émissions de 7,5 tonnes d'équivalent CO2 par habitant, quasiment 4 fois l'objectif à atteindre en 2050. Autant dire très loin de ce qu'il faudrait faire pour atteindre cet objectif à plus long terme.

Une annonce symbolique, donc, mais pas celle que l'on pouvait espérer.


Après la Nouvelle-Zélande, c'est l'ensemble des pays riches à l'exception des USA qui ont annoncé un objectif de réduction de 15 à 21% en 2020 par rapport à 1990. En incluant les dernières annonces américaines (qui correspondent peu ou prou à un "simple" retour à leur niveau de 1990), cet objectif tomberait grosso modo à une réduction de 10 à 14%. Sachant que l'objectif minimum à atteindre se situerait plutôt entre 25 et 40% de réduction... soit au minimum deux fois plus ! Sachant que la Chine, l'Inde et la plupart des pays en développement ont clairement annoncé qu'ils ne prendraient aucun engagement si les objectifs de réduction des pays riches n'atteignent pas 40%.

à 117 jours de l'ouverture de Copenhague, c'est donc le pessimisme qui domine chez les observateurs...



retour au sommaire thématique

Partager cet article

Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article

commentaires