Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 21:16
Pour le premier anniversaire de ce blog, un article-photos.

J'ai parlé il y a quelques jours des nouveaux tarifs de rachat de l'électricité produite par des installations solaires photovoltaïques. Je n'étais pas entré dans les détails, mais ces tarifs vont dépendre du fait que les panneaux solaires seront ou non intégrés au bâti. La situation est la même pour les crédits d'impôts et les subventions, qui sont plus élevés en cas d'intégration au bâti.

panneau-solaire-Freiburg.jpgSouvent quand on pense à des panneaux solaires, on pense à ce que l'on peut voir sur la photo de droite, sur le toit du bâtiment (photo prise à Fribourg en Allemagne lors d'un déplacement professionnel, il s'agit d'une école).

Il s'agit de systèmes assez massifs, et peu esthétiques. Ils ont pour avantage d'être moins chers (pas besoin de trop se triturer l'esprit par rapport au design, seule la fonctionnalité et l'efficacité entre en ligne de compte), et d'offrir des rendements de conversion légèrement supérieurs à ceux des systèmes dits "intégrés", et ce pour deux raisons. D'une part ils recueillent une part un peu plus faible du rayonnement solaire du fait d'un angle d'incidence mieux choisi (les panneaux sont placés de manière à mieux "faire face" au soleil). D'autre part, le fait de ne pas être intégré au toit permet une meilleure évacuation de la chaleur l'été, sachant que le rendement diminue lorsque la température augmente.
Le problème de ces panneaux est qu'ils ne "peuvent pas" être utilisés dans des quartiers où l'architecture est protégée, sur des monuments historiques, ...

toit solaire
C'est là qu'entre en jeu la notion d'intégration au bâti. Le panneau solaire joue alors un rôle double. Il continue toujours à produire de l'électricité en convertissant une partie du rayonnement solaire, mais sa fonction "principale" est désormais de jouer le rôle... de toit ! La photo de gauche montre le résultat qui peut être obtenu.

La totalité du toit est constituée ici de panneaux solaires (on peut faire la même chose sans occuper la totalité du toit, évidemment). Vu de loin, difficile de faire la différence avec un toit normal d'un immeuble récent.

Par rapport au système "classique" présenté au-dessus, le coût n'est que modérément plus élevé, la seule différence venant de l'intégration à effectuer à l'immeuble.


Mais il est possible d'aller encore plus loin dans l'intégration, avec des systèmes utilisables également pour des monuments historiques. On peut alors utiliser des "tuiles photovoltaïques", sorte de mini-panneaux solaires en forme de tuile (voir les deux photos ci-dessous).

eglise solaire zoomeglise solaire

























Dans ce dernier cas par contre, l'efficacité est nettement plus faible que pour des panneaux classiques, parce que toute la surface de la tuile n'est pas active, et le coût augmente dans des proportions importantes du fait des multiples connexions électriques à réaliser entre toutes les tuiles.
La solution vers laquelle semble s'acheminer les industriels est d'utiliser des technologies de type film mince (le panneau est alors flexible, un peu comme un film plastique) pour épouser la forme de tuiles. Mais le rendement de conversion reste inférieur à celui des panneaux solaires au silicium, à cause des performances moindres des matériaux.


retour au sommaire thématique

Partager cet article

Repost 0
Published by D. - dans solutions
commenter cet article

commentaires

Panneau solaire photovoltaique 12/03/2010 14:27


Article très intéressant ! J'ai bien envie de me faire un toit 100% panneau photovoltaique :D L'autonomie est un point que j'apprécie. En passant, voilà un site où vous trouverez toute les infos
nécessaires à votre projet : www.panneaux-solaires-photovoltaiques.info