Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 20:28

J'ai écris il y a quelques semaines un article sur la manière dont les énergies fossiles sont beaucoup plus subventionnées que les renouvelables. Cet article est rattrapé par la réalité puisqu'il semble que la commission européenne s'apprête à prolonger de douze ans la durée des subventions au secteur du charbon. Subventions qui repésenteraient la bagatelle d'un peu plus de 3 milliards d'euros par an. Apparamment, la défense des derniers emplois européens de ce secteur passe avant l'avenir des générations à venir...

 

 

retour au sommaire thématique

Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 21:31

C'est la crise pour tout le monde, y compris dans le domaine des énergies renouvelables. Selon les statistiques publiées récemment par l'observatoire européen des énergies renouvelables (disponibles ici), le marché européen du solaire thermique a baissé de près de 10% en 2009 par rapport à 2008 (il reste toutefois sur une tendance de hausse importante sur le long terme, voir figure).

 

solaire thermique annuel Europe

 

Selon ce baromètre, cette hausse est surtout sensible dans les "grand pays" de l'union dans le domaine, à savoir Allemagne, France, Grêce et Espagne, ce qui se comprend au vu de l'intensité de la crise dans certains de ces pays. Dans le cas de l'Allemagne, l'effet de la crise a été amplifié par le plan de rigueur adopté par le Bundestag qui a stoppé net toutes les subventions allouées aux particuliers pour l'installation d'un système solaire thermique.

 

Si l'on s'intéresse plus spécifiquement à la France, la baisse dépasse même les 15%, passant d'une puissance installée totale de 262 MW en 2008 à 221 MW en 2009, le seul créneau en progression en France étant celui du collectif. Aux effets de la crise s'ajoutent des facteurs extérieurs. L'observatoire pointe ainsi la spéculation qui a lieu sur ce marché, et qui a entraîné une hausse spectaculaire des coûts des installations, de près de 30% entre 2005 et 2008 !

 

Au niveau européen, aucun chamboulement dans les "classements", les deux premiers de la classe étant toujours l'Allemagne et l'Autriche (qui sont pourant loin d'être les deux pays les plus ensoleillés de l'union). Voir carte.

 

solaire thermique carte Europe

 

 

Tout comme dans le reste de l'économie, la reprise devrait être très limitée en 2010, et faire surtout sentir ses effets en 2011. A l'heure actuelle, les puissances installées constituent à peine le tiers de l'estimation minimum faite par la fédération européenne ds industries du solaire thermique quant au potentiel de cette énergie dans l'Union.

 

 

articles liés :

 

 

Le solaire thermique

(principes des installations individuelles et collectives, potentiel de développement, aspects économiques)

 

 

 

retour au sommaire thématique

Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 21:20
Le voile en question, c'est celui qui aveuglait ceux qui avaient cru aux belles promesses écologiques du gouvernement français, avec en deux jours :

- l'abandon (quasi)-définitif de la taxe carbone. Officiellement il faudrait que cette taxe soit européenne. En réalité comme elle ne le sera pas avant très longtemps, c'est un enterrement.

- l'annonce du début des travaux du nouveau terminal charbonnier de Cherbourg, terminal destiné à recevoir du charbon en provenance de Colombie ou d'Afrique du Sud, de l'ordre de 4 à 5 millions de tonnes par an, en transit vers les centrales thermiques anglaises. Charbon dont la combustion entrainera à terme l'émission annuelle d'environ 15 millions de tonnes d'équivalent CO2 (soit l'équivalent d'environ 3% des émissions françaises).

L'environnement, ça commence à bien faire !


retour au sommaire thématique
Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 20:28
Après des ventes en hausse de 14% en janvier par rapport à janvier 2009, c'est une hausse des ventes de presque 18% par rapport à février 2009 à laquelle on a assisté le mois dernier. Et malgré la fin à venir de la prime à la casse, l'année ne devrait pas être si mauvaise pour les constructeurs automobiles. En effet si le marché des particuliers va forcément se ralentir un peu, au moins dans les pays riches, le marché des entreprises qui s'était effondré en 2009 devrait repartir en 2010. Si bien que globalement les constructeurs prévoient une hausse des ventes mondiales de 3% pour 2010.

Alors que la crise économique, en conjonction avec le sommet de Copenhague, aurait pu aboutir à une remise à plat des modes de transport individuel, il semble que tout continue sur la même base, et ce même si l'on sait que le choc en sera d'autant plus rude dans quelques années avec la raréfaction du pétrole.. Et tant pis pour l'environnement.


articles liés :

Bonne année 2009 pour le marché de l'automobile en France



retour au sommaire thématique
Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 08:16
Comme c'était pressenti depuis maintenant quelques semaines, le gouvernement a annoncé il y a une poignée de semaines de nouveaux tarifs de rachat pour l'électricité produite en solaire photovoltaïque.

Comme prévu rien ne change pour les particuliers (installations de moins de 3 kWc (kilowatt-crête), soit environ 30 m²) avec un tarif de rachat de 58 c€ / kWh.

C'est pour les professionnels que les choses devraient changer. Pour les bâtiments existants ou pour les installations de faible puissance, le tarif est désormais fixé à 50 c€ / kWh. Mais pour les bâtiments neufs ils tombent à 42 c€ / kWh. Soit une baisse d'un peu plus de 25%.
Une particularité de ces tarifs est qu'ils étaient prévus pour être rétroactifs au 1 septembre 2009...  Finalement, suite à des protestations des agriculteurs, l'échéance a été repoussée au 11 janvier pour ne pas pénaliser les projets déjà en cours au moment de la parution des nouveaux tarifs et à condition que ces projets correspondent à une puissance inférieure à 250 kilowatt-crête. Pour l'instant, la situation est encore floue en ce qui concerne les puissances plus élevées.


retour au sommaire thématique
Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 08:20
deux informations rapides piochées sur le net (panne d'internet à la maison, donc pas possible d'écrire beaucoup...)

* taxe carbone : la deuxième version ne sera sans doute pas plus ambitieuse que la première

Le gouvernement est actuellement en phase de concertations (pas question de faire la moindre annonce avant les élections régionales du mois prochain). Je rappelle que la première version avait été retoquée parle conseil constitutionnel du fait notamment de ses multiples exemptions. La solution qui semble se dessiner pour la prochaine mouture est la suivant : pour les ménages, la situation serait la même que précédemment avec un coût de la tonne de CO2 de 17€. Pour les entreprises qui étaient exonérées du fait de la participation au système européen d'échange de quotas (bourse carbone), elles seraient cette fois-ci soumises à la taxe, mais avec un taux et une assiette réduits. En gros donc, la même chose que dans la première version mais avec des ajustements mineurs pour que cette fois ça passe.

* la crise impacte le marché du solaire thermique

Nouvelle moins réjouissante, pour la première fois depuis bien longtemps, le marché du solaire thermique a diminué en France l'année dernière (et en Europe également). La baisse entre 2008 et 2009 atteint tout de même 15% !
Si d'un côté le marché du solaire thermique connait la concurrence d'autres énergies renouvelables, c'est surtout la crise économique qui est à l'origine de cette baisse qui concerne plus l'habitat individuel que les installations collectives.


retour au sommaire thématique
Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 20:58
Un peu plus d'un mois après l'échec de Copenhague, rien de nouveau sous le soleil (qui vient au passage d'entrer dans un nouveau cycle d'activité).

Ces derniers jours, les USA, la Chine et l'Inde ont officiellement annoncé leurs objectifs (non contraignants) de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ils sont exactement conforment à ce que ces pays avaient annoncé à la fin de l'automne, à savoir :

* pour les USA une réduction d'environ 17% d'ici 2020 par rapport à 2005 (objectif à valider par le sénat), soit quasiment rien si on prend comme année de référence 1990 comme le fond les autres pays.

* pour l'Inde une réduction de 20 à 25% d'ici à 2020 par rapport à 2005, mais une réduction par unité de PIB.

* pour la Chine une réduction de 40 à 45% d'ici à 2020 par rapport à 2005, mais là encore par unité de PIB.

Pour ces trois pays, ces objectifs sont purement volontaires et non contraignants, et ne seront soumis à aucun mécanisme de vérification indépendant.

A l'horizon 2020, ces trois pays devraient donc émettre au mieux :

* 5,9 milliards de tonne d'équivalent-CO2 par an pour les USA.

* 5,2 milliards de tonne d'eqCO2 par an pour l'Inde, contre 2,17 en 2005 (en supposant l'objectif maximum atteint et une croissance économique de 8% par an en moyenne, pessimiste au vu de celle observée ces dernières années)

* 18,0 milliards de tonne d'eqCO2 par an pour la Chine, contre 8,55 en 2005 (en supposant l'objectif maximum atteint et une croissance économique de 9% par an en moyenne, pessimiste au vu de celle observée ces dernières années)

soit pour ces trois pays un total de 29,1 milliards de tonne d'eqCO2 ce qui constitue plus de 50% de plus que l'objectif à atteindre en 2050 pour la planète entière, et ce uniquement pour limiter l'ampleur du réchauffement climatique à 2°C d'ici à la fin du siècle, et 12 milliards de tonne de plus qu'en 2005. Cette simple augmentation est égale au triple (!) de la totalité des émissions européennes aujourd'hui...

Autant dire que sauf changement radical de cap, l'objectif de 2 tonnes d'eqCO2 et par humain n'a à peu près aucune chance d'être atteint.


articles liés :

* au tour de l'Inde ?
* Brésil et Chine, des objectifs en trompe l'oeil
* Début de reculade des députés américains sur les émissions de CO2


retour au sommaire thématique
Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 08:03
Premiers arbitrages et "fuites" sur ce que deviendrait la prochaine mouture de la taxe carbone après que la première a été retoquée par le conseil constitutionnel.

Christine Lagarde a annoncé ce matin que si les entreprises seraient donc bien soumises à cette nouvelle taxe (c'est l'une des raisons pour lesquelles le premier texte, qui ne prévoyait pas cette disposition, a été retoqué), cette taxe serait fixée au cas par cas pour les 1000 entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre, en fonction de la concurrence internationale.

Après les grands discours de Copenhague, il semble donc que le "réalisme économique" reprenne le dessus sur les grandes ambitions... On peut regretter que plutôt que cette solution, Christine Lagarde ne cherche pas plutôt à pousser vers une taxe carbone européenne pour les entreprises (plus de question alors de concurrence, plus de 80% du commerce européen se fait dans les frontières de l'UE) ou vers une taxe aux frontières de l'Europe en fonction du contenu carbone des produits importés...


retour au sommaire thématique
Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 22:22
Mal née, la taxe carbone était bien partie pour n'être qu'une mesure cosmétique sans aucun effet notable, du fait à la fois de son faible montant et des multiples exemptions. Finalement, elle ne sera même pas ça, puisque la loi qui la mettait en place à partir du 1er janvier, soit vendredi, a été invalidée en totalité par le conseil constitutionnel aujourd'hui.

François Fillon a annoncé qu'un nouveau texte serait proposé en 2010, mais à quelques semaines des élections régionales, il y a peu à espérer....


retour au sommaire thématique
Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 08:22
Comme on pouvait plus ou moins s'y attendre au vue de signes avant-coureurs (voir 1 2 3 4 5), la conférence de Copenhague s'achemine doucement mais sûrement vers un échec, qui devrait être entériné d'ici à la fin de la journée.

Mais pas d'inquiétude, nos dirigeants sauront présenter cet échec comme une grande réussite en le cachant sous le tapis de leurs bonnes intentions : il y aura bien un accord signé, réaffirmant la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique et de diminuer les émissions de gaz à effet de serre mondiales de 50% d'ici à 2050 par rapport à leur niveau de 1990. Mais cet accord sera juste un accord politique "d'intentions", sans aucune valeur juridique, ni pouvoir contraignant, ni objectifs intermédiaires chiffrées pays par pays. Ces points, les seuls qui importent réellement (les promesses politiques n'engagent que ceux qui les écoutent), seront reportés à des sommets, conférences et traités ultérieurs. Mais pendant ce temps les émissions mondiales de gaz à effet de serre continuent de croitre, d'environ 3% par an en moyenne. Plus nous tarderons à leur faire prendre le chemin inverse, plus l'effort à accomplir sera rude, voire inaccessible.

Une chose est sure, cette conférence met en lumière une nouvelle fois l'inexistence d'une gouvernance à l'échelle mondiale, l'échec des négociations étant principalement dû aux intérêts contradictoires des pays représentés, entre les exigences de développement des moins industrialisés, et l'absence de volonté des plus industrialisés, sur lesquels repose la responsabilité de la majeure partie des émissions passées, de financer le développement propre des premiers, et de lutter avec suffisamment d'ambition contre leurs propres émissions (l'exemple des USA est parlant). On peut également regretter le rejet total de la société civile de ces négociations, la plupart des ONG ayant été mises dehors manu militari.

Elle met également en lumière l'incompatibilité entre l'échelle de temps des effets du réchauffement climatique et de la lutte à mener contre les émissions de gaz à effet de serre (de l'ordre de la génération humaine) et l'échelle de temps des priorités politiques (qui se calcule en durée de mandat, soit 2 à 5 ans)... Hors de question pour un dirigeant politique dont le principal objectif est d'être réélu, ou d'assurer au moins la prédominance de son partie, d'engager des mesures potentiellement impopulaires donc ceux qui tireront les bénéfices ne sont peut-être même pas encore nés...

Article pas très optimiste aujourd'hui, dû sans doute à une déception proportionnelle aux attentes qu'avait occasionnées cette conférence, et les gesticulations de notre Naboléon assurant que lui vivant un accord ambitieux serait signé, et qu'on allait voir ce qu'on allait voir...



 retour au sommaire thématique
Repost 0
Published by D. - dans actualité
commenter cet article