Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 21:36

Nous approchons doucement du premier anniversaire de la conférence de Copenhague, qui devait sauver le monde et a accouché d'une souris. Parmi les quelques menus résultats qui sont sortis de ces négociations figurait la mise en place d'un financement des pays du Sud par les pays développés pour les aider d'une part à faire face aux conséquences du réchauffement climatique et d'autre part à s'orienter vers un développement plus "vert" que celui qui a été le nôtre.

 

D'un montant "recommandé" de 150 à 200 milliards de dollars, les négociations avaient fini par aboutir à une promesse des pays les plus riches d'engager 30 milliards de dollars d'ici à 2012 dans un fond "Fast start finance". Un tiers du délai s'est maintenant écoulé, il est temps de faire un premier bilan.

 

Afin de mieux suivre l'évolution des financements réels, tant en termes de pays donateurs que de bénéficiaires, un site web indépendant a été mis en place par un groupe de pays (parmi lesquels on peut citer pour les pays développés l'Allemagne, le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni) avec les soutiens de la banque mondiale et de l'ONU. Il peut être consulté à l'adresse : http://www.faststartfinance.org/.

 

Mi-Novembre, sur les 30 milliards de dollars pévus ce seraient 6,4 milliards d'euros (soit environ 9 milliards de dollars)  qui auraient été promis, principalement par des pays européen auxquels se joint le Canada, et sur ces milliards promis ce seraient seulement 2,5 qui auraient été réellement engagés dans des actions, principalement par la France et le Royaume-Uni.

 

 

Le Think Tank World Resources Institutes (http://www.wri.org/) publie également régulièrement des analyses des fonds promis et engagés par les pays développés pour aider les pays du Sud. Le périmètre décrit n'est pas exactement le même puisqu'il intègre également des fonds promis avant Copenhague, mais il a l'avantage de donner une vision des circuits de financement tels qu'ils existent actuellement.

D'après l'analyse la plus récente (à mi-octobre), les financements promis par les pays développés atteindraient 29 milliards de dollars environ à la fin 2010, le principal pays donateur étant le Japon (qui n'apparait pas dans les tableaux de faststartfinance.org parce que ses financements ont été promis quelques semaines avant Copenhague). Même si une partie importante de ces 29 milliards est constituée de fonds qui avaient été promis en 2008 ou 2009, cette analyse permet d'avoir une vision un peu plus vraie des investissements. Même si les promesses faites après Copenhague concernaient des financements nouveaux.

 

Le bilan, comme souvent, est qu'on peut voir le verre à la fois à moitié vide ou à moitié plein. Certes des financements commencent à être débloqués, avec des montants plutôt en augmentation. Mais une faible partie seulement concerne des engagements nouveaux, et si la voie semble raisonnablement bien engagée vers le respect de la promesse de 30 milliards de financements nouveaux d'ici à 2012, il ne faut pas oublier qu'il s'agissait d'une promesse a minima, bien loin de ce qui serait nécessaire.

 

 

retour au sommaire thématique

Partager cet article

Repost 0
Published by D. - dans économie
commenter cet article

commentaires