Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 20:48
Dans un entretien à paraître dans le Figaro, François Fillon annonce le montant fixé pour la taxe carbone à partir de 2010. Ce sera donc 14€ par tonne de CO2 rejetée.

Comme toujours, c'est l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. Enfin, ici je dirais plutôt au 3/4 vide et avec quelques gouttes au fond. Mais après tout quelques gouttes c'est toujours mieux qu'un fond de verre bien sec.

C'est mieux que rien tout simplement parce qu'il y a urgence, si nous voulons avoir ne serait-ce que l'espoir d'atteindre les objectifs minima annoncés par les spécialistes du domaine pour éviter que le réchauffement climatique ne dépasse les 2°C à l'horizon 2100. Et au vu de l'échec annoncé (même s'il faut toujours garder espoir) de la conférence de Copenhague prévue pour la fin de cette année, chaque petit pas dans la bonne direction est bon à prendre.

Deux possibilités existaient pour le gouvernement vis à vis du produit à venir de cette taxe carbone (estimé à une poignée milliards d'euros par an) : soit l'utiliser pour investir massivement dans les énergies propres, les véhicules du futur, la rénovation de l'habitat, et la recherche dans ces domaines, soit travailler à prélèvement constant, et in fine simplement modifier l'assiette de ces prélèvements pour tendre vers une fiscalité verte. C'est le second choix qui a été retenu, même si on peut penser qu'il aurait été plus pertinent d'opter pour le premier, une fiscalité verte n'ayant de sens que si elle représente une part importante des prélèvements obligatoires (si on en croit les estimations de l'état, le produit de la taxe carbone devrait représenter de l'ordre de 1% du total des prélèvements obligatoires de la France, ce qui est négligeable). Mais on peut aussi se dire qu'il faut un début à tout.

Mais le principal problème avec cette valeur de 14€ par tonne de CO2, c'est qu'elle est très loin d'être suffisante pour entraîner une modification en profondeur des comportements.

  -  14€, c'est moins que le cours de clôture de ce soir sur la bourse européenne d'échange de quota d'émissions (15 €)
  -  14€, c'est 2,3 fois moins que le montant préconisé par le rapport Rocard, et surtout... 7 fois moins que la valeur de la taxe carbone en Suède (et il semble pourtant bien que les Suédois survivent !)
  -  14€ représente environ 3 centimes par litre d'essence, soit moins que la variation de prix d'une station service à une autre... Et surtout beaucoup, beaucoup, beaucoup moins que ce qui nous attend dans un proche avenir du fait de la raréfaction du pétrole. Sachant qu'économiquement (et socialement), mieux vaut de loin des évolutions progressives que des chocs, il aurait été beaucoup plus intelligent de fixer une valeur nettement plus élevée, avec un taux de croissance certain, de manière à préparer les consciences à l'après pétrole et à l'énergie chère.
  -  14€, en supposant que la taxe concernera tous les gaz à effet de serre, et non le seul CO2 et a fortiori les seuls combustibles fossiles, cela représente en moyenne 140€ par an et par Français. Peut-être qu'une facture de 140€ à payer peut faire évoluer les consciences. Mais 140€ répartis sur 365 jours, c'est invisible.

Comme toujours, c'est l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. A chacun de savoir comment il voit le verre. Au vu des cris d'orfraie que j'ai entendus autour de moi ces derniers temps, il semble que si (presque) tout le monde s'accorde à dire qu'il faut agir (merci N. Hulot, ou Y. Arthus-Bertrand), (presque) personne n'est prêt à consentir au moindre effort et au moindre sacrifice dans son mode de vie, même s'il n'est pas durable à long terme.



retour au sommaire thématique

Partager cet article

Repost 0
Published by D. - dans économie
commenter cet article

commentaires

Doc 03/09/2009 21:28

Bienvenue dans la communauté et le bonjour d'Alsace
Doc
http://www.dorffer-patrick.com